La « Garde rouge » raconte

Histoire du Comité ouvrier dela Magneti Marelli (Milan, 1975-78).

Emilio MENTASTI

Dans une grande usine milanaise, la Magneti Marelli, plusieurs dizaines de salariés s’organisent au milieu des années 1970 contre la direction et les syndicats dans un Comité politique ouvrier. Bientôt, cette « Garde rouge » comptera plusieurs centaines d’ouvriers (sur les 5000 de l’usine) – soit une force équivalente à celle du PCI – et sera en mesure d’imposer l’arrêt des mesures de restructuration (licenciements, délocalisation). Ce Comité ouvrier ne reste pas cantonné dans les murs de l’usine et participe aux autres luttes, grèves, manifestations, nombreuses à l’époque en Lombardie et dans toute l’Italie, et notamment à cette manière radicale de combattre l’inflation : les « autoréductions ». La Magneti Marelli ne fut pas la seule usine italienne à connaître des organes autonomes ouvriers, mais c’est son Comité qui a servi de référence à tous les autres, à la fois par ses initiatives propres et par sa capacité à faire profiter de son expérience les ouvriers des petites entreprises environnantes. Ce combat exemplaire s’inscrit dans le cours de cette tentative révolutionnaire des années 1968-1979, qu’il importe de défendre contre les falsifications et les calomnies qui l’accablent, et d’en tirer toutes les leçons qui s’imposent.

Emilio Mentasti, historien né en 1962, a aussi publié une somme sur le mouvement ouvrier de la région de Bergame entre 1967 et 1980.

Nombre de pages : 212

Prix : 12.00

ISBN :

Lire un extrait :

La « Garde rouge » raconte

Préface à l’édition française

Chaque assaut du prolétariat diffère profondément de ceux qui l’ont précédé. Les révolutionnaires affrontent à chaque fois une situation nouvelle. Mais le souvenir des défaites du passé pèse évidemment de tout son poids dans la mentalité de ceux qui le mènent et joue un rôle non négligeable dans la conduite des opérations. C’est pour cela que l’étude des tentatives d’hier est indispensable à ceux qui se préparent aux convulsions de demain. Parmi ces tentatives, la dernière en date est constituée par le cycle de luttes ouvrières autonomes qui ont secoué l’Italie entre 1968 et 1979. Ce cycle est remarquable :

— par sa durée (près de douze ans ) : il débute avec la fondation du Comité unitaire de base à la Pirelli de Milan, en février 1968, et s’achève à Turin, le 14 octobre 1980, lors de la « manifestation des 40 000 » cadres et employés de la FIAT venus soutenir leur employeur face à la grève en cours contre les licenciements ;

— par les formes d’organisation que se sont données les ouvriers radicaux et qui leur ont permis d’impulser et de diriger les grèves et, pendant longtemps, d’être aussi influents que le PCI ;

— par sa « composition de classe ». Le mouvement a touché toutes les industries (et d’abord les grandes usines de la péninsule), de la chimie à l’électronique, en passant par la métallurgie, la mécanique, et bien sûr l’automobile. Il a mis en branle toutes les catégories ouvrières, des moins qualifiées aux plus qualifiées, des techniciens (Montedison à Porto Marghera ou Sit Siemens à Milan) aux ingénieurs (IBM à Vimercate, près de Milan) ;

— par la réaffirmation de la centralité de l’usine. En partant de la réalité concrète de l’exploitation, le mouvement s’est opposé au despotisme d’usine, remettant en cause la hiérarchie des salaires, les différences de traitement entre ouvriers et employés, et imposant le contrôle des rythmes de travail, jusqu’à remettre en cause le travail salarié lui-même ;

— par une centralisation politique bâtie à partir des ateliers, fondée sur le refus de la délégation et la participation active du plus grand nombre ;

— par sa propagation à l’extérieur de l’usine. Très rapidement, il s’est emparé des questions du logement, des transports, de l’énergie et des biens de subsistance en organisant les auto-réductions de prix et la réquisition des logements. Les groupes ouvriers se coordonnent et se centralisent par zone puis à l’échelle régionale, comme à Milan en 1977.

Le mouvement italien a connu plusieurs périodes. La première, en 1968-1969, commence par les grèves à Pirelli et Borletti (Milan) et s’épanouit dans « l’automne chaud » de 1969. Elle est traversée par un vent d’optimisme, à la mesure de la consternation que provoque chez les patrons, les syndicats et les partis, le surgissement de l’initiative ouvrière autonome. Cette phase se termine le 12 décembre 1969, jour de l’attentat à la Banque de l’Agriculture de la Piazza Fontana, à Milan, qui fit 12 morts. Attentat par lequel l’Etat, ou tout au moins une fraction de son appareil, a voulu montrer sa détermination à user de tous les moyens possibles pour arrêter le mouvement.

Le mouvement en Italie présente aussi cette originalité, pour l’époque, que les noyaux ouvriers se sont formés suite à l’intervention de jeunes militants extérieurs (cas de Montedison à Porto Marghera, par exemple) ou/et suite à des scissions intervenues dans les partis traditionnels : le PCI, le PSI et le PSIUP (comme à la Pirelli de Milan, par exemple). Remettant en cause les méthodes de luttes et d’organisation traditionnelles des partis et des syndicats institutionnels, les noyaux ouvriers aidés par les « extérieurs » se sont donné des outils théoriques propres. Une fois apparus au grand jour à l’occasion des luttes qu’ils ont souvent impulsées, les groupes d’usine ont en retour poussé à la création de groupes politiques nationaux *, premières tentatives de centralisation à l’échelle du pays, organisées autour de journaux d’agitation **.

La deuxième période (1971-1973) se termine par l’échec de l’occupation de l’usine FIAT de Mirafiori.

La troisième (1975-1977) est marquée par la fin des groupes politiques ***, le regain des comités ouvriers et l’entrée en lutte des travailleurs de plusieurs petites et moyennes entreprises des aires industrielles les plus importantes du Nord de l’Italie. C’est dans cette période que se déploie l’activité du comité ouvrier de la Magneti Marelli. Mais le contexte a changé. Il est devenu nettement moins favorable aux travailleurs. Le patronat a repris l’offensive et, progressivement, le contrôle de ses usines. La crise de 1973 l’y a aidé et lui a permis de se restructurer par les licenciements de masse, les fermetures d’usine, et le gel des salaires. A ce moment, les groupes politiques sont devenus des freins à l’autonomie ouvrière. Incapables d’incarner et d’organiser la centralisation politique du mouvement, ils se dissolvent ou changent de nature. C’est donc une nouvelle fois à partir du terrain et des organismes de base que la gauche ouvrière reprend le fil rouge de ses combats. Le centre de gravité en sera la région milanaise, la capitale industrielle italienne où existe déjà l’Assemblée autonome de l’Alfa Roméo, le CUB Pirelli, le comité de la Sit-Siemens, parmi bien d’autres organes ouvriers autonomes. Pourtant c’est le comité ouvrier de Magneti Marelli de l’usine de Crescenzago qui sera le fer de lance des comités de la région milanaise et, par-là, du pays tout entier. La vigueur et la durée du mouvement révolutionnaire italien font qu’il surpasse d’assez loin le Mai-68 français ****, même s’il est aujourd’hui calomnié, et au fond largement méconnu, y compris en Italie. Toutefois, quelques rares chercheurs et historiens tentent de le réhabiliter, et avec lui toutes les expériences d’autonomie ouvrière de l’époque. C’est dans ce cadre que s’inscrit le travail d’Emilio Mentasti. Travail difficile par son sujet même et par les sources constituées quasi exclusivement par les tracts, les brochures, les affiches de l’époque, au style souvent répétitif et hermétique, et qui, malgré les efforts des traducteurs, risque fort de rendre le texte français assez compact.

Néanmoins, les grands moments de la vie du comité y sont (très) précisément narrés : les grèves pour les salaires et contre les cadences, appuyées par des cortèges qui traversent l’usine ; celles destinées à soutenir les ouvriers de la cantine ou du nettoyage ; les batailles de rue lors des chaudes journées d’avril 1975 ; l’acharnement mis à faire rentrer dans l’usine, à partir du 10 septembre 1975, tous les jours, et pendant dix mois, les membres du comité licenciés ; les affrontements autour du tribunal de Milan ; les « rondes ouvrières » organisées pour soutenir les travailleurs des petites entreprises ; les auto-réductions dans les magasins ; et enfin la manifestation du 18 mars 1977 appelée par la Coordination des comités ouvriers et qui réunit à Milan 20 000 prolétaires, soit autant que la manifestation syndicale officielle du même jour.

Le comité s’est dissout progressivement en 1979, sous les coups de la répression. L’usine qui l’a vu naître, vivre et se battre a été rasée. Mais le récit de cette expérience et la réflexion à son propos seront probablement utiles et profitables à tous ceux qui savent l’inéluctabilité des combats à venir. Peut-être proches…

Antoine Hasard

* Les trois groupes sont Avanguardia Operaia, fondé, en décembre 1968, autour de l’expérience des CUB milanais ; Potere Operaio, fondé, en août 1969, principalement autour de l’expérience de l’assemblée ouvrière de Porto Marghera ; Lotta Continua, fondé, en octobre 1969, autour de l’assemblée étudiants-ouvriers de la FIAT à Turin.

** Tout ceci est relaté en détail dans La Fiat aux mains des ouvriers. L’automne chaud de 1969 à Turin, de D. Giachetti et M. Scavino. Les Nuits Rouges, 2005.

*** Potere Operaio s’est dissout à l’été 1973 ; Lotta Continua se disloque à l’été 1976 mais sa mort avait été annoncée au congrès de Rome de janvier 1975 par le départ des groupes ouvriers ; Avanguardia Operaia connut une involution syndicaliste et électoraliste.

**** On comprend alors l’ineptie que constitue le concept de « Mai rampant » pour qualifier le mouvement italien.